316 posts / 0 nouveau
Dernière contribution
Jude
Offline
Last seen: Il y a 9 heures 5 min
Joined: 21/08/2012 - 11:32
Allez, quelques commentaires

Allez, quelques commentaires rapides des films que j'ai vus dernièrement. Ok, pour certains ça date un peu et il est possible qu'ils ne passent plus en salle:

Jupiter: Eloignez-vous de ce film. J'avais adoré le précédent des Wachowski Cloud Atlas et je savais que ça n'était pas partagé. Du coup quand j'ai vu Jupiter se faire démonter je leur ai laissé le bénéfice du doute. Erreur. Le scénar est casse-gueule et plein d'incohérences, les scènes d'action sont trop nombreuses, trop longues et mal faites, et même d'excellents acteurs arrivent à être mauvais. Et les personnages principaux ne sont pas attachants.

Spoiler: Highlight to view
Et illes ne sont même pas foutus de faire mourir Sean Bean!

Chappie: pas mauvais, mais un poil déçue. Probablement que j'en attendais trop, mais au final j'ai trouvé le film un peu longuet et le méchant pas convaincant. Il y a certes de beaux moments mais je reste mitigée.

The Voices: gardez vos distances si vous êtes mal à l'aise avec le sang et l'humour noir. Si c'est votre came, ce film est un petit bijou. C'est bien écrit, bien dirigé et c'est drôôôôle (de façon très grinçante hein). Et ce générique de fin quoi!

Avengers 2: sympa, mais pas autant que le premier. J'ai moins ressenti la patte de Joss Whedon, ça manquait de punchline à chaque réplique. Bon, ça reste sympa et divertissant hein, faut pas déconner. Et des blagues il y en a quand même ("ma copine est meilleure que la tienne"). Mais juste ça marche un peu moins bien que dans le premier. Par contre j'aime beaucoup sa version des jumeaux!

Spoiler: Highlight to view
Il a tué Quicksilver, je suis tristesse et désespoir! *cry*

Mad Max Fury Road: *love* *love* *love* *love* *love* *love* *love* *love* *love*
Je ne vois pas quoi dire d'autre. Allez le voir, celui-là il passe encore!

Awake and alive.

L.

S-S-P
Portrait de S-S-P
Offline
Last seen: Il y a 3 mois 1 semaine
Joined: 22/08/2012 - 21:10
Mad Max Fury Road:

Mad Max Fury Road:

Il y a quelques éléments biens dans ce film : une bande son excellente, des véhicules bien post-apo, des cascades à foison, certains acteurs/personnages très convaincants, une scène d’action hyper réaliste et très bien réalisée (celle avec la chaîne et la portière), et le doof warrior. Quand on s’intéresse au tournage, on réalise que c’était très Mad Max dans l’esprit.

Mais.

Mais on a un film au final très éloigné des 3 premiers Mad Max, un remake de la poursuite de fin de Mad Max 2 sur 2h30, où Max Rockatansky aurait bu un mélange de sérum du super-soldat et de potion magique et conduirait un camion qui se répare tout seul en permanence, poursuivi par une horde infinie d’ennemis, le tout en ayant une vitesse et une avance scénaristiques.

Mais on a une absence de scénario flagrante, jetée dédaigneusement à la face du spectateur.

Spoiler: Highlight to view
30 minutes avant la fin.

« Bon, on abandonne le camion, on a chargé les motos avec le maximum qu’on pouvait, c’est-à-dire 160 jours de vivres. » WTF, sur une moto, 160 jours de vivres, vraiment !?

« On va tenter à travers le désert. »

« Non, vous ne trouverez rien dans cette direction en 160 jours. » WTF, en 160 jours à pied, tu traverses l’Australie d’Est en Ouest !!!

« J’ai une meilleure idée, on reprend le camion, on fonce à travers nos poursuivants, on passe à travers les gorges qu’on a traversées en venant, on les fait péter au passage, comme ça on bloque nos ennemis. On va à la base des méchants, qui n’est pas gardée parce que tous les gardes sont en train de nous poursuivre, on la prend d’assaut et on tient le siège. »

« Tu parles des gorges qu’on a déjà fait péter à l’aller ? »

« Oui, mais les punks qui les habitent (et qu’on a exterminés à l’aller) ont rangés les éboulis, ils n’ont que ça à faire de leur vie. »

« D’accord, quelle sont nos chances de prendre d’assaut la citadelle imprenable ? »

« Ben, on a deux guerriers invulnérables (dont un manchot), un junkie, une mamie avec un flingue rouillé, la fille à Lenny Kravitz, trois pignoufs, un sac de munitions, des graines et une clé à molette. C’est carrément jouable. »

« OK, mais faire ébouler les gorges, ça a seulement ralentit les méchants de quelques heures la première fois… Donc là, ça va les ralentir de quelques heures aussi, et si à 10 et presque sans armes on peut prendre la forteresse d’assaut, alors comment on va la tenir face à 300 personnes avec des armes de guerres ? »

« Là, c’est le moment où je ferais bien un discours hollywoodien sur le courage de tenter des actes désespérés, mais c’est un film esthétique, alors je vais me contenter de te regarder dans les yeux. »

Spoiler: Highlight to view
Nan mais ON S’EN FOUT du scénario. T’AS RIEN COMPRIS, c’est un film ESTHETIQUE ! Il y a des EXPLOSIONS, il faut que tu SUSPENDES TON INCREDULITE !!! moarf

Spoiler: Highlight to view
On a aussi un perso, Nyx, (Tony de Skins, qui là aussi joue un drogué égotique) qui change de camp sans raison apparente, en trois phrases de dialogue guimauve, de façon complètement improbable.

Mais on a une absence de réalisme, certes voulue, mais très néfaste à l’immersion, et empêchant de ressentir la sensation de danger.

Spoiler: Highlight to view
Alors que Mel Gibson boitait pendant trois films pour une balle reçue dans la jambe, Tom Hardy encaisse un carreau d’arbalète en pleine tête sans broncher et n’a pas besoin de se soigner.

Pour conclure sur un point positif, je dirais qu’on a un film basé sur les effets spéciaux, que dans quelques années ces effets seront périmés, que le film est par moment absurde, avec un scénario incohérent… oui, Mad Max : Fury Road a un énorme potentiel nanardesque. Rendez-vous dans 5 ans pour la diffusion sur NRJ12.

Pour les vrais : I am the Nightrider. I'm a fuel injected suicide machine. I am the rocker, I am the roller, I am the out-of-controller!

"Avec mon mépris, vous aurez mon poing dans la gueule qui que vous soyez, quelques muscles que vous puissiez transporter, quelle que soit la connerie, en même temps que les muscles, que vous puissiez transporter." Claude François.

Jude
Offline
Last seen: Il y a 9 heures 5 min
Joined: 21/08/2012 - 11:32
on a une absence de scénario

on a une absence de scénario flagrante

Pas d'accord; Le scénar se tient et fait sens. Ok, jusqu'à 1/4 d'h de la fin, moi j'aurais arrêté le film avant.

Spoiler: Highlight to view
Quand les filles s'enfoncent dans le désert de sel et laissent Max seul derrière => hop là générique!

Nan mais ON S’EN FOUT du scénario. T’AS RIEN COMPRIS, c’est un film ESTHETIQUE ! Il y a des EXPLOSIONS, il faut que tu SUSPENDES TON INCREDULITE !!! moarf

Pas du tout. On s'en fout pas du scénario, il est là et il tient la route (ok sauf le dernier 1/4 d'h, mais bon). Et certes le film est esthétique mais pas que. C'est aussi un film FEMINISTE (ou la la j'ai dit un gros mot). C'est un film qui te parle de liberté, de rébellion et de tyrannie.

Awake and alive.

L.

S-S-P
Portrait de S-S-P
Offline
Last seen: Il y a 3 mois 1 semaine
Joined: 22/08/2012 - 21:10
Alors non, selon

Alors non, selon lecinemaestpolitique, site de référence, non seuleument Mad Max : Fury Road est un film PATRIARCAL, mais en plus, il louche beaucoup vers l'ISLAMOPHOBIE.

"Avec mon mépris, vous aurez mon poing dans la gueule qui que vous soyez, quelques muscles que vous puissiez transporter, quelle que soit la connerie, en même temps que les muscles, que vous puissiez transporter." Claude François.

Jude
Offline
Last seen: Il y a 9 heures 5 min
Joined: 21/08/2012 - 11:32
Alors non, selon Madmoizelle,

Alors non, selon Madmoizelle, site de référence, Mad Max: Fury Road est féministe. D'ailleurs, même sur lecinemaestpolitique, dans les forums ils ne sont pas d'accord entre eux.

Awake and alive.

L.

nekomiaou
Portrait de nekomiaou
Offline
Last seen: Il y a 8 heures 3 sec
Joined: 21/08/2012 - 19:03
Je viens de le voir, et perso

Je viens de le voir, et perso je trouve que c'est un chouette divertissement, une fois que tu as suspendu ton incrédulité, ça ce regarde bien. Mais bon, il y a de belles images, de grosses explosions, mais ça va pas beaucoup plus loin, le scénario tient sur un ticket de metro...

Perso, je ne le trouve ni feministe, ni patriarcale, ni islamophobe (je vois même pas d'où ça sort, en fait, pour celui là, mais tout ça c'est du second degré, non ?), juste un film où on pose son cerveau pour en prendre plein les yeux pendants 2 heures, et ça marche bien. Pas le film de l'année donc, mais bien sympas; par contre il m'a carrement donné envie de jouer au jeu prévu pour septembre je crois!!!!

Sinon, la flèche, il ce la prend dans la main surtout (bon, un peu dans la tête aussi, mais moins du coup) et comme toute les armes là dedans, ça doit être une arbalète de merde pas entretenu, pas un modèle perce armure.... En plus, c'est une petite, je crois... Suspension d'incrédulité, on as dit !!!!

"Sérieux, tu devient lourd avec ton canon d'assaut là, je te répète que c'est cool, ça gère !!! Et puis de toute façon, c'est pas le moment!!"

nekomiaou
Portrait de nekomiaou
Offline
Last seen: Il y a 8 heures 3 sec
Joined: 21/08/2012 - 19:03
https://www.youtube.com/watch

https://www.youtube.com/watch?v=-lp-As_xhRQ&feature=player_embedded

 

Je pense que ça vas faire plaisir à pas mal de monde ici (dont moi) !!

"Sérieux, tu devient lourd avec ton canon d'assaut là, je te répète que c'est cool, ça gère !!! Et puis de toute façon, c'est pas le moment!!"

NMAth
Portrait de NMAth
Offline
Last seen: Il y a 2 jours 23 heures
Joined: 21/08/2012 - 20:59
Pour une de mes (désormais

Pour une de mes (désormais rares) sorties au cinéma, je suis aller voir Spectre.

Pour James Bond, j'essaie toujours de me déplacer. Ca a quelque chose de traditionnel. Et puis je crois que tous les MJ ont quelque chose à y apprendre sur la manière dont on peut se renouveler pour raconter quinze ou vingt histoires différentes avec toujours le même protagoniste au comportement puéril, sans famille et sans ami, des antagonistes à usage unique qui ont toutes les chances d'être tués à la fin, en garantissant du dépaysement une scène d'action à chaque étape de l'histoire (sérieusement, en tant que MJ, je conseille d'étudier la façon dont les films de James Bond se renouvelent peu par l'intrigue mais surtout grâce aux lieux qu'ils visitent).

Je commencerais par parler de la réalisation, puisque c'est manifestement ce que le réalisateur a voulu en plaçant bien en évidence - même pour un béotien de la réal' comme moi - dans les premières minutes un magnifique plan-séquence abondament commenté et loué. C'est beau, et le plan qui vient interrompre la magie est... quelconque. Je crois comprendre que c'est volontaire, une façon de suggérer le contraste abrupte entre, pour ainsi dire, le port du smoking et celui du pistolet.
Malgré de très belles scènes (telle la grande réunion du SPECTRE), la réalisation n'atteindra plus ensuite de tels sommets. Ce qui est plus génant, c'est que le niveau baisse en fait inéxorablement : plus on avance et plus les belles scènes s'éloignent et la vue devient de plus en plus quelconque.

Il faut cependant reconnaître et souligner une virtuosité certaine dans le traitement des scènes de combat. Ca n'est peut-être pas magnifique, mais c'est clair et c'est net. Ici, point de caméra tremblottante portée à l'épaule par un junkie parkinsonien, incapable d'élargir le champ sans un montage numérique virtuel. Ce qui se passe reste clair et lisible, sans jamais avoir l'air mou. Le choix du catcheur Dave Bautista prend tout son sens pour permettre de tourner de belles scènes de combat au corps à corps sans être contraint dans l'exposition des doublures.
Et cet économie de moyens est au service d'un certain sens du réalisme, discret et sans tapage. On se bat au corps à corps à un contre un. On tire au pistolet à dix mètres, au pistolet-mitrailleur à cinquante, et au fusil d'assaut à cent. Ca passe totalement inaperçu et c'est pourtant rare (surtout avec James Bond). Tellement inaperçu d'ailleurs, que l'effet sensément dramatique de la scène finale (un pistolet et une cible qui est trop loin) tombe à plat, parce que nous autres spectateurs n'avons plus vraiment de bon sens quant à l'emploi des arme à feu dans les films.

Outre Bautista, à qui on ne demande pas un prix de sensibilité artistique, les acteurs sont dans l'ensemble bons, Craig, Waltz, Seydoux, Fiennes... Seule Monica Bellucci détonne avec une prestation qui m'a personellement consterné (à essayer d'être triste mais insensible en même temps, en anglais mais avec un accent italien). Comme je le disais à deux cinéphiles éminents des forums, je me demande si elle n'est pas victime d'une malédiction qui fera que jamais elle ne jouera correctement dans film d'espionnage.
Christopher Waltz cabotine à outrance, comme c'est attendu d'un méchant de James Bond. Sauf qu'à bien y regarder, ca n'est pas forcément dans ce registre que les méchants les plus mémorables le sont devenus. Ce qui m'amenne au point suivant.

C'est sur le scénario que ca coince. Bon, ce qui me connaisse dirons qu'avec moi, c'est toujours au niveau du scénario que ca coince. J'avais voué Skyfall à des gémonies incendiaires au motif impardonable que les actions de l'antagoniste n'avaient aucun p#&@!n de sens. Mon jugement sur Spectre est plus mesuré, parce que les problèmes sont d'une autre nature. L'intrigue est cohérente. Mais comme la réalisation, elle s'affadit au fur et à mesure du film.

Les fuites de documents de chez Sony avaient révélé que le tournage avait été repoussé pour permettre de réecrire la troisième partie du script qui manquait de souffle. On n'ose imaginer ce que ca devait être.

Spectre a beaucoup d'idées et n'en mène aucune jusqu'au bout. Le méchant est le frère adoptif perdu du héros ? Ca n'a aucune espèce de conséquence autre qu'une tirade sensée expliquer tardivement l'origine du méchant. Ca n'est pas comme si c'était déjà le sujet de Goldeneye et surtout de Skyfall (il y a trois ans, par les mêmes scénaristes, avec le même réalisateur et le même acteur principal...). Pire, on essaie d'assembler une pseudo-dramaturgie en transformant rétrospectivement les trois films précédents en vaste plan machiavélique digne de Scoubidou ("Aha, c'était moi depuis le début ! Nyark nyark !").

Les deux "James Bond Girl" de l'histoire sont pareillement insignifiantes. Elle détienne chacune une et une seule information sur un lieu que James Bond doit trouver. Rôle qu'un bout de papier aurait pu aussi bien jouer. Il y en a une troisième si on compte Miss Moneypenny, qui avait même été sur le terrain dans Skyfall et qui, dans Spectre, fournit... une seule information sur une personne que James Bond doit trouver. Alors que des efforts avaient été fait sur le rôle des personnages féminins dans James Bond, c'est dommage d'en revenir là à peine le "M" de Judi Dench parti, elle qui était passée à la postérité dès les premières minutes de Goldeneye avec sa réplique sur le "dinosaure mysogyne".

Et le plan des méchants est d'avoir le contrôle d'un système d'échange entre les grands services de renseignement mondiaux et de faire disparaître la section 00 ? Jusqu'à la fin (écrite au dernier moment on le rappelle), toutes les scènes qui traitent de ce sujet sont complètement déconnectée du reste. Ca sent l'ajout. S'il y a une réplique bien senti pour notre époque, comparant les agents 00 aux frappes de drones, j'ai été suprêmement décu de ne pas la voir se matérialiser (d'autant que la partie dans le désert s'y serait fort bien prêtée).

(Soit dit en passant, à l'attention de Genosick qui me parlait du coté rétro-colonialiste de la scène dans le train : j'envisage la possibilité que les scénaristes aient d'abord placé le repaire du méchant en Russie, et que ce train aurait du être l'Orient-Express ; le tournage en Russie étant impossible avec les sanctions économiques décidées en 2014, ils ont peut-être remplacé la Russie par le Maroc tout en gardant le train).

Qui trop embrasse mal étreint. Spectre tente d'accumuler les enjeux dramatiques mais oublie de les mettre en scène. On est impressioné par la grande réunion du SPECTRE (assez tôt dans le film) mais on ne s'arrêtera ensuite qu'à peine une seconde pour évoquer en passant sa capacité à organiser des attentats ou à accéder aux bases de données du MI6. Quantum of Solace faisait un bien meilleur job, avec une réunion à l'opéra tout aussi mythique et James Bond obligé de se battre contre des agents britanniques et des soldats américains (rappelons d'ailleurs que les scénaristes avaient dénommé l'organisation "Quantum" uniquement parce que le nom de "Spectre" était à ce moment-là inutilisable pour des raisons légales).

La comparaison est d'autant plus malheureuse que Spectre invoque les trois précédents films (je disais donc "Aha, c'était moi depuis le début ! Nyark nyark !") pour accumuler toujours plus d'enjeux en en faisant toujours moins, et qu'en même temps qu'il invite le spectateur à y repenser, il en reproduit la majorité des rebondissements : déjouer un attentat, une rivalité entre chefs du renseignement, assister à une réunion de l'organisation secrète, retrouver M. White dans une maison isolée, sauver une femme enlevée en voiture par les méchants, visiter la résidence du méchant perdue dans le désert, et revenir à Londres pour échapper au piège tendu par le méchant. Je crois qu'on doit pouvoir remonter pratiquement toute l'histoire de Spectre en utilisant uniquement des scènes extraites des trois films précédents (les mauvaises langues feront remarquer que c'est vrai d'a peu près tous les James Bond).

Spectre succombe à son tour à la maladie qui hante toute une partie la production hollywoodienne actuelle, une jalousie mal placée à l'encontre de Harry Potter et de Jack Bauer, qui ont eu droit à 10, 15 ou 20 heures pour raconter leur histoire et atteindre leur point culminant. Hollywood sait-il encore raconter des histoires en 120 minutes ? Casino Royale et Quantum of Solace avaient déjà joué la carte de la continuité serrée (et du reboot pour commencer), Spectre devait faire plus fort et plus haut pour pouvoir jouer son rôle d'acte final, et n'y arrive pas. La triste réalité, c'est qu'au moins la moitié de l'effet est obtenu uniquement parce qu'il y a eu sept films auparavant pour établir la légende d'Ernst Stavro Blofeld et du SPECTRE.

Raté ? Un peu. Divertissant et élégant ? Oui, quand même.

NMAth
Portrait de NMAth
Offline
Last seen: Il y a 2 jours 23 heures
Joined: 21/08/2012 - 20:59
Long ? Un peu. Divertissant ?

Ma critique de Spectre : longue ? Un peu. Divertissante ? J'espère.

Cheschire Cat
Portrait de Cheschire Cat
Offline
Last seen: Il y a 3 mois 1 semaine
Joined: 21/08/2012 - 11:23
C'est si agréable de voir qu

C'est si agréable de voir qu'on n'est pas le seul à être déçu du manque de portée de l'organisation. En background, elle est terrifiante, et la scène de la réunion est très bien, en simplicité et élégance. Au final, pour arrêter Bond ou faire quoi que ce soit d'autre, elle ne sert à rien. Et le méchant... Ok il est clairement sociopathe ; ok il déteste James Bond ; alors... pourquoi faire tout le reste? Il aurait tout simplement pu assassiner tout le monde, bien discrètement, et finalement se révéler avant de ligoter Bond à sa chérie du moment et une bombe, et le jeter dans la Tamise. 

Les liens avec les opérations précédentes font également très artificiels, alors que ça aurait pu être beaucoup mieux posé et effrayant. Le fait que les méchants ont 4 coups d'avance sur Bond est assez traditionnel, donc faire en sorte que chaque action de l'espion semble totalement inutile et futile eut été plus impressionnant! :(

Déçu? Oui clairement. Amusé? Oui, quand même, parce que l'action.

 

---- " We're all MAD here! "

Blade
Portrait de Blade
Offline
Last seen: Il y a 1 heure 43 min
Joined: 21/08/2012 - 10:32
J'ai enfin vu Kung Fury

J'ai enfin vu Kung Fury (visionnable légalement en entier sur YouTube (il y a une VOST qui traine aussi je crois)) et c'est EXCELLENT !*love* Love Love

C'est trop court, et du coup y'a des raccourcis et des occasions manquées, mais ça n'enlève rien au fait que c'est génial.

Regardez-le.

_____________________________________________ Muscles, sang, sexe, intelligence... et carreaux.

Leoric
Portrait de Leoric
Offline
Last seen: Il y a 10 heures 47 min
Joined: 21/08/2012 - 09:52
James Cameron adapte Gunm au

On frappe à la vitesse de la mort!

nekomiaou
Portrait de nekomiaou
Offline
Last seen: Il y a 8 heures 3 sec
Joined: 21/08/2012 - 19:03
Honnetement, je ne sais pas

Honnetement, je ne sais pas quoi en penser pour le moment...

Ok, ça a l'air ressemblant et pas mal foutu, mais je ne comprend vraiment pas le choix esthetique des yeux de Gally (en passant sur le fait qu'il veulent l'appeler Alita, qui est son nom aux US, mais nul part ailleurs à ma connaissance). J'ai un peu relu quelque tome de Gunm, Gally n'a jamais eu des yeux comme ça, ou même un quelconque signe distinctif aussi prononcé (sa bouche de poulpe à la limite, mais bon)... Donc je me demande vraiment pourquoi ils font ça, ce que c'est censé apporter (il faut bien que ça ait une signification, pas juste un truc bizarre comme ça pour le fun). Pour bien montrer que c'est une borg? Dans le monde de Gunm, les borgs sont monnaies courantes, ils vont tous être comme ça? Parce qu'elle ne viens pas de la terre? Enfin sur Mars, les humains (et les borgs)ressemblent à des humains.... Bref, pourquoi ce choix???

Sinon, pas plus hypé que ça pour le moment, on verra quand on en saura plus....

"Sérieux, tu devient lourd avec ton canon d'assaut là, je te répète que c'est cool, ça gère !!! Et puis de toute façon, c'est pas le moment!!"

Murmure
Offline
Last seen: Il y a 11 heures 53 min
Joined: 21/08/2012 - 22:25
J'ai vu Bright ce soir ...

J'ai vu Bright ce soir ...

Ce n'est clairement pas le film de l'année mais effectivement pour ceux qui veulent voir le monde de Shadowrun à la TV, ça peut divertir.

En fait, c'est quelques plans avec des clins d'oeil genre une scene avec un policier centaure en tenue d'intervention en arriere plan, une vue de nuit de L.A avec ce qui ressemble à un dragon qui survole la ville que j'ai trouvé rigolo.

Bon, ça m'a occupé pendant 1h45 c'est déjà ça ^^

Leoric
Portrait de Leoric
Offline
Last seen: Il y a 10 heures 47 min
Joined: 21/08/2012 - 09:52
Ce film est un navet pour le

Ce film est un navet pour le grand publique. Mais pour nous c'est un magnifique film de propagande corporatiste intitulé: Los Angeles 2020, A Lone Star Story.

Et avec ce parti pris, c'est un bien meilleur divertissement! ^^

On frappe à la vitesse de la mort!

Pages